Mon Intégrale des Causses 2015 !

Le 15/09/2016 par Clément Bouleau 0 commentaire
Voici un petit compte rendu de mon intégrale des causses 2015 ! J'espère que cela va vous plaire ;)



12 janvier 2015, je suis à la recherche d'un nouvel objectif pour cette nouvelle année qui se prépare. Étant un amoureux des défis un peu fous
et malgré mon jeune âge, une course me trotte depuis quelques temps dans
 la tête ... L'intégrale des Causses au Festival des Templiers !! Non
mais rien que ça.. Un Trail de 62km avec 3000m d+, moi qui n'ai pour
seule vrai référence qu'un Trail de 42km en Andorre terminé en 8h51' !
20km de plus.. Ah oui quand même ! Mais bon après tout pourquoi pas et
puis comme on dit souvent "qui ne tente rien ...".



10 mois plus tard ... Le 23 octobre 2015 à Mostuejouls. 6h50 du matin !!



Et oui déjà .. Ça va vite vous me direz.. Enfin sur le papier car en
réalité ma saison est passée par des hauts et des bas .. 1 moi et demi
d'arrêt au beau milieu de l'été, des rhumes, des coups de fatigues,un
abandon sur souci mécanique lors d'un Half Ironman, .. Mais aussi des
podiums, de belles rencontres, de beaux paysages, des chronos de ouf, ..
 En clair une saison comme beaucoup d'entre vous ont dû connaître aussi
j'imagine.



Mais quoi qu'il en soit les amis, je suis bien sur la ligne de départ
d'un des rendez-vous les plus mythiques pour tout trailleur qui se
respecte. Et je peux vous dire que là, la pression je l'ai .. A 10
minutes de LA course de la saison. Celle qui me dira si oui ou non ma
saison est réussie ou pas.



Mais je ne dois pas être le seul à avoir la pression ce matin ..
Personne n'a vraiment le sourire sur cette ligne de départ et même si le
 speaker lui est à 200% même sans sono et sans musique d'ERA .. il a
bien du mal à nous sortir de notre stress.



3..2..1.. C'est parti !!!!!! Un dernier coucou à Papi et sa légendaire
caméra et c'est parti pour une longue et belle aventure d'une bonne
10aines d'heures à travers l'Aveyron. Le départ n'est pas trop rapide et
 je me place aux environs de la centième place pour ne pas partir trop
vite mais sans me faire ralentir dans le premiers monotraces par des
concurrents moins rapides. La journée sera longue..



image4.jpeg





Et une heure de course ! Je ne l'ai pas vu passer.. Premier
ravitaillement et premières émotions .. Il n'est même pas 8h du matin,
nous sommes dans un petit village au cœur des Causses et des dizaines de
 spectateurs sont déjà là pour nous encourager, je peux vous assurer que
 c'est encore mieux qu'un gel énergétique pour vous redonner un coup de
boost. Elle est vraiment énorme cette course !



Quelques kilomètres plus loin, le soleil fait son apparition. Je vais
pouvoir enfin éteindre ma frontale et surtout ne plus risquer de me
tordre une cheville dans l'une des descentes techniques de ce début de
parcours.



Les kilomètres avancent petit à petit, me voilà aux environs du 15e
kilomètre et une envie de boire de l'eau plate se fait ressentir.. Mais
pas de problème j'ai tout prévu (10 jours que je ne pense plus qu'à
cette course).. Enfin à part de rincer ma poche à eau vous me direz car
là, c'est bien la tuile de ce début de parcours .. Une eau imbuvable
dans ma poche à eau et surtout 1 bon kg maintenant à porter pour rien .
Super... Je me dis alors qu'il va falloir que je fasse très attention à
 mon hydratation mais surtout que ça va être compliqué de parcourir les
17km entre les ravitaillements 3 et 4 avec seulement 1 litre d'eau de
réserve dans les deux gourdes que je porte sur le devant de mon sac.
Mais je ne me décourage pas et me dit qu'il y a toujours des hauts et
des bas dans un ultra et que cet incidents sera donc mon "bas" de la
course.



20e kilomètre, après 2h45 de course .. "Oh ! Quel beau paysage quand même !!"



Je viens d'effectuer le premier tiers du parcours, et suis donc sur une
longue partie à profil descendant que j'avais repéré avant la course,
sur le profil fourni par l'organisation . Les jambes commencent à
montrer leurs premiers signes de fatigue à cause de la longue partie
courue à "bonne" allure en compagnie de 3 coureurs qui me distancerons
dans une petite descente technique.



26e kilomètres et me voilà à l'entrée de St Andrée de Vezine au deuxième
 ravitaillement du parcours où mes grands-parents m'attendent pour
l'assistance. Après quelques secondes à les chercher parmi tout les
suiveurs présents, je les vois, Papi toujours la caméra à la main et
Mamie qui m'encourage à vive voix.. Cela fait vraiment plaisir de revoir
 du monde et surtout de pouvoir échanger quelques mots. Je prends le
temps de leur laisser ma lampe frontale et mon bonnet contre ma visière
et mes lunettes de soleil car le soleil est bien au rendez-vous
contrairement à la veille. ...Et me voilà donc reparti après avoir mangé
 un petit morceau de fromage et deux trois morceaux de banane sur les
tables du ravito.



image5.jpeg



Aïe... Et voilà, il en fallait bien une, et bien oui alors que je me
trouve quelques kilomètres après le ravitaillement sur une piste
descendante au milieu de champs, je me retrouve à terre. La cause, un
caillou qui devait dépasser.. Enfin je n'avais qu'à surtout regarder où
je mettais les pieds. Je me retrouve donc au sol après avoir frappé
violemment un caillou avec mon coude. Un concurrent me demande si tout
va bien et je repars avec ma douleur au coude en direction de La Roque
Sainte Marguerite où se trouve un nouveau point d'eau.



Me voilà à la Roque au pied de la montée sur Pierrefiche. Mes
grands-parents sont encore là et je remplis mes gourdes en leur
racontant ma petite chute. Et je repars sans trop m'attarder pour ne
trop me refroidir.



Dès le bas de la côte, je me retrouve derrière deux coureurs qui
semblent monter à un bon rythme. Je décide de me caler derrière eux pour
 tout le long de la montée. Sur le sommet, je pars en compagnie du
premier et laisse le troisième qui avait déjà montré quelques signes de
faiblesse durant la montée.



Après une bonne partie à courir entre pistes forestières et monotraces,
le tout avec un panorama magnifique, j'arrive à Pierrefiche. Nouveau
ravitaillement mais celui-ci est un peu spécial car le prochain est dans
 près de 17km avec seulement un point d'eau entre les deux. La nécessité
 de bien se ravitailler est donc de mise.



Je décide donc de m'arrêter quelques minutes pour prendre de l'eau et à
manger avant de repartir vers la seconde partie du parcours. J'avais
découpé le parcours en deux grosses parties avant le départ, d'abord
celle avant Pierrefiche vers le kilomètre 35, puis l'autre entre
Pierrefiche et l'arrivée en me disant qu'il me faudrait arriver à
Pierrefiche sans trop de mal pour pouvoir finir sans trop de problème.
Verdict, j'ai les jambes qui commencent tout de même à un peu tirer mais
 je me dis que ça devrait le faire ! Et je repars de ce ravitaillement
après 5h de course en direction de Massebiau.



6h de course et me voilà avec plus de 43 km au compteur. Je viens à cet
instant de dépasser ma plus longue distance en une seule fois que
j'avais établi l'an dernier en Andorre avec ma participation au marathon
 des cimes en marge de l'organisation de l'Ultra Trail d'Andorre.



Mais il me reste encore plus de 20km à parcourir et non des moindres
avant d'avoir la chance de pouvoir franchir cette fameuse ligne
d'arrivée.



Car maintenant je commence à avoir les jambes raides comme des bouts de
bois, et surtout comme cela était prévisible il ne me reste que 10
malheureux centilitres d'eau (sans savon!) pour arriver au prochain
point d'eau.



Ayant garder mon Kway depuis le début de la course de peur d'attraper
froid, je me rend compte que je suis en train d'étouffer à l'intérieur à
 cause du soleil bien présent depuis quelques heures. Je décide donc de
m'arrêter pour enlever ma veste ainsi que pour voir si l'eau de ma poche
 à eau était vraiment imbuvable. J'avais bien raison l'eau à l'intérieur
 est savonneuse.. J'en prend tout de même une gorgée avant de repartir.



Solitude, solitude ... Cela fait maintenant plusieurs kilomètres que je
ne croise personne (et oui c'était le risque en m'inscrivant à une
course avec seulement 450 inscrits au départ)



ET VOUMMMMM..... Dans une petite descente un peu technique je me fais
littéralement poser par le coureur de tête de l'endurance 100km. Il
s'agit d'Aurelien Collet, qui même après avoir effectué plus de 70km
court encore à une vitesse incroyable.. Respect en tout cas !!



8h de course maintenant et plus de 50km de parcourus. Je me trouve à
l'entrée de Massebiau où se trouve un point d'eau. Mais le plus
important quand on est Massebiau ce n'est pas le point d'eau, mais
surtout que je me trouve au pied de la dernière et non des moindres
montée du parcours... Le CADE ! Qui est en quelque sorte, la montée
emblématique du Festival des Templiers car gravie par presque toute les
courses.



Mais l'ambiance est bien là dans le village avec énormément de monde
venu pour nous encourager. Il faut bien ça pour nous redonner un peu de
motivation au pied de cette cô.. De ce MUR !!



Cela fait 8 heures que je suis parti ce matin de Mostuejouls et tout me
parait déjà si loin tellement le chemin est long. Mais il faut aussi
rajouter que depuis 3-4 km je suis vraiment dans le dur .. Les jambes me
 font de plus en plus mal dans les descentes et j'ai de plus en plus de
mal à tenir un petit 8km/h sur du plat !!



Je repars en direction de l'arrivée car je sais qu'une fois là-haut, il y
 aura un dernier ravitaillement et que je basculerai vers l'arrivée.



Et allez hop !.. 100 mètres de dénivelé d'avalé, .. Et de 200 .. Et
300.. Je m'aventure à lever la tête du chemin et la .. Wahouu !! On est
haut quand même ..



Mais la vue est vraiment magnifique. Et c'est reparti, je ne suis plus très loin du plateau maintenant ..



Ouf ! Il est là et en plus je me retrouve avec un coureur à mes côtés..
Je prend le temps d'échanger quelques mots avec lui tout en alternant
une course lente et de la marche avant d'arriver au point du dernier
ravitaillement, tout en haut de ce fameux Cade et surtout à seulement
5km de l'arrivée !!



J'aperçois enfin la ferme du Cade, une très belle bâtisse en pierre où
est placé le dernier ravitaillement. Sachant que sauf blessure ou chute
je serais FINISHER (et oui je ne vais pas avoir fais tout ça pour
abandonner maintenant tout de même) j'en profite pour me ravitailler
convenablement, voir un peu plus .. Roquefort (région oblige!), pain,
saucisson,.. Je vous vois venir.. Non non je ne suis pas en train de
prendre l'apéro pour fêter mon arrivée mais bien au dernier
ravitaillement !



Après avoir quitté la ferme et avoir commencé à basculer dans la
descente, que je prendrais lentement car mes genoux commencent à montrer
 quelques signes de faiblesses, je passe au niveau de la dernière
curiosité du parcours. La grotte du hibou où un photographe nous attend
pour immortaliser le moment.



A peine sorti de la grotte, les émotions commencent à monter.. Et je
repense à toutes ces séances à Font-Romeu comme à Carcassonne à
travailler le moindre détail grâce aux conseils de Charlotte Morel de la
 Team My tribe. 10 longs mois de préparation depuis que je me suis
inscrit, 10 long mois à travailler mon endurance à travers des séances
vélo, course à pieds ou natation pour en arriver là. Être FINISHER de
l'intégrale des Causses !!! Et oui .. Je viens à l'instant même de
passer sous l'arche d'arrivée avec comme accompagnement la musique d'ERA
 et les encouragements de mes grands-parents.



10h 11'59" sera mon temps officiel, autant de temps que j'aurais passé à
 lutter contre moi même, pour en arriver là et sentir en moi cette
satisfaction et surtout cette joie du travail bien fait !



Je retrouverais mes accompagnateurs de luxe quelques instants après,
après avoir reçus ma médaille de FINISHER .. Cette même médaille qui
résumera à elle seule toute une année de préparation et plus de 10h de
course !



Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, je me vois appelé par le
speaker pour la remise des récompenses. Avec une place de 117e au
classement général, je me retrouve donc 3e au classement par catégorie
en Espoir !!



Cette journée du 23 octobre 2015, restera vraiment pour moi un jour spécial !


image3.jpeg



En espérant que ce petit résumé vous aura bien plu et qu'il vous aura peut être donné quelques idées .."


image1.jpeg













La course

L’intégrale des Causses

Millau (Aveyron)
Niveau 3
64 km
3 360 m

L'auteur

Également sur cette course

Vous avez déjà participé à cette course ? Partagez votre expérience !